Le contenu

La Bourgogne-Franche-Comté

Un positionnement stratégique au cœur de l’Europe

Carte Bourgogne-Franche-Comté

La Bourgogne-Franche-Comté est un environnement stratégique et favorable aux entreprises qui souhaitent développer et implanter leur activité. Faisant frontière avec la Suisse, sur 230 km, la Bourgogne-Franche-Comté compte deux aéroports régionaux et dispose de six aéroports internationaux, à proximité. Une mobilité facilitée, également, par 14 gares TGV, soit le réseau ferroviaire le plus vaste de France. Neuf autoroutes la desservent, et 1 330 km de voies fluviales reconnues à l’international, entrelacent le paysage. Son emplacement est sans conteste stratégiquement favorable à l’entrepreneuriat transfrontalier et international.

42 millions d’habitants à moins de 4 heures du barycentre de la Bourgogne-Franche-Comté ;
230 km de frontière commune avec la Suisse, une coopération transfrontalière privilégiée ;
6 aéroports internationaux à proximité et 2 aéroports régionaux ;
14 gares TGV ;
9 autoroutes formant un carrefour stratégique ;
1 330 km de voies fluviales de renommée internationale.

Une région accessible :

Dijon Paris en 1h34 / Besançon Paris en 2h08
Le Creusot Paris
en 1h23 / Le Creusot Lyon en 37 min
Sens Paris
en 56 min
Besançon Strasbourg
en 1h38 / Dijon Strasbourg en 2h06

Investissements Directs Étrangers

5e place pour l’attractivité

Les turbulences de l’économie mondiale n’ont pas impacté le nombre de projets d’Investissements Directs Étrangers (IDE) en Bourgogne-Franche-Comté, ni leur progression. En effet, en 2022, la Bourgogne-Franche-Comté a attiré 133 projets d’investissements étrangers contre 117 en 2021, soit une nette progression de 14 % par rapport à l’année précédente. Cette attractivité se manifeste par la création ou le maintien de 3 193 emplois. La progression du nombre de projets et du nombre d’emplois se poursuit depuis plusieurs années et démontre un réel intérêt des investisseurs étrangers pour notre économie.

Le savoir-faire industriel et main d’œuvre compétitive, vecteurs de l’attractivité en région

1 projet sur 2 est réalisé dans le secteur production et concerne plus de 2 000 emplois occupés par une main- d’œuvre qualifiée, très appréciée des investisseurs étrangers.

IDE 2021

Une région d’excellence industrielle

Une industrie forte et des entreprises reconnues

Photo voiture Peugeot

La région Bourgogne-Franche-Comté abrite une industrie forte et des entreprises reconnues dans le monde entier. Elle est aussi recherchée pour son savoir-faire traditionnel pour l’agroalimentaire et l’agriculture. Elle compte six pôles de compétitivité et un produit intérieur brut (PIB) de 81,7 milliards. La Région est qualifiée de région d’excellence industrielle :

La Bourgogne-Franche-Comté est la première région pour le poids des effectifs industriels dans les effectifs salariés (près de 1 salarié sur 5 travaille dans l’industrie) ;
1re région d’investissements privés en R&D (poids des dépenses des entreprises privées — 2020) ;
Près de 60 % des effectifs de l’industrie sont spécialisés dans les secteurs mécanique/métallurgie, matériels de transport, agroalimentaire et plasturgie ;
30 % des cadres en région travaillent dans le secteur industriel (moyenne France : 17 %) ;
19 300 établissements industriels ;
10 Territoires d’industrie.

La région Bourgogne-Franche-Comté s’illustre également grâce à son écosystème performant et réactif :

6 pôles de compétitivité ;
16 clusters ;
12 plateformes technologiques ;
14 pépinières à haut niveau de service.

Une croissance remarquable

Les chiffres l’indiquent, les choix stratégiques d’investissement dans la recherche, la formation, l’industrialisation créent un écosystème favorable au développement économique. Avec un solde commercial excédentaire de 21,3 milliards d’euros d’exportation, la région se place au troisième rang des exportateurs français, pour un PIB égal à 81,7 milliards d’euros. Terreau fertile de connaissances et de savoir-faire à l’industrie fleurissante, la Bourgogne-Franche-Comté soutenue par son Agence Économique Régionale ne cesse de s’illustrer pour l’excellence de ses compétences. La région s’illustre également en tant que 2ème région agricole française (métropolitaine) en création de valeur ajoutée avec 63 % du territoire régional éligible à un label qualité AOP/IGP et avec 181 labels AOP/AOC/IGP.

Terre de recherche, d'innovation et de développement durable

4 organismes nationaux de recherche publique

La Bourgogne-Franche-Comté recense quatre organismes nationaux de recherche publique, le Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies alternatives (CEA), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), et enfin, l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale).

Résolument investie dans la médecine du futur avec ses quatre établissements dédiés à la santé, l’Établissement Français du Sang Bourgogne-Franche-Comté (EFS), le Centre Georges-François-Leclerc (CGFL), le CHU de Dijon et le CHRU de Besançon, elle a ainsi tissé un environnement technique et scientifique de pointe où se sont installés les fleurons de l’industrie médicale française, dont le Groupe Urgo.

Un écosystème régional labellisé Communauté FrenchTech

La Bourgogne-Franche-Comté a pour ambition de stimuler son écosystème, de susciter l’initiative, la collaboration, de participer au rayonnement de la France. La région souhaite à la fois ouvrir et élargir ses réseaux, apporter ses compétences pour participer au développement de ses territoires et permettre d’y faire grandir les futurs leaders mondiaux de la tech. Dans ce but, un programme orienté sur plusieurs axes a été créé : Foodtech, HealthTech, FinTech, Smart City, IoT et Industrie 4.0.

Territoires d’Innovation de Grande Ambition (TIGA)

Suite à un appel à projets lancé en novembre 2018, deux territoires d’innovation en Bourgogne-Franche-Comté ont été sélectionnés. Ces territoires bénéficient d’une enveloppe de 450 millions d’euros de subventions et d’investissement, leur permettant de financer des transformations de rupture dans les champs du numérique, de l’énergie, de l’agroécologie, de la mobilité :

  • Territoire modèle du « système alimentaire durable de 2030 », porté par Dijon Métropole ;
  • Transformation d’un territoire industriel – création d’un écosystème d’innovation et développement des greens technologies, porté par Pays de Montbéliard Agglomération et le Grand Belfort.

Collaborations fortes entre industrie, formation, recherche

La région Bourgogne-Franche-Comté voit de fortes collaborations entre industrie, formation et recherche. Six pôles de compétitivité œuvrent activement pour atteindre ces différents objectifs, en travaillant au sein de la Région : 

  • Pôle Vitagora Bourgogne-Franche-Comté Île-de-France (660 adhérents) : fédère autour du concept de bien-être par l’alimentation : le plaisir gustatif, la préservation du capital santé et la préservation de l’environnement ;
  • Pôle Véhicule du Futur Bourgogne-Franche-Comté Grand Est (435 adhérents) : solutions pour véhicules & mobilités du futur : composants automobiles, véhicules électriques et à hydrogène, véhicules connectés et autonomes, infrastructures et usages associés, mobilité servicielle, industrie 4.0 ;
  • Nuclear Valley (360 adhérents) : réunit les compétences en ingénierie globale pour la production d’énergie nucléaire ainsi que la fabrication des composants clés de cette filière ;
  • PMT (274 adhérents) : positionné sur des secteurs à forte valeur ajoutée tels que le biomédical, la sûreté, le spatial- défense-aéronautique, la monétique ou l’énergie ;
  • Polymeris (plus de 544 membres) : vise le développement de la filière plasturgie, notamment à l’international.
  • INFR@2050 (nouveau pôle labellisé en 2023) : Contribue à l’atteinte de la neutralité carbone de la filière de la construction des Infrastructures et de l’Aménagement des territoires. Il est porté par les clusters Écorse TP (Bourgogne-Franche-Comté), Indura (Auvergne Rhône-Alpes) et l’IREX (Institut pour la Recherche Appliquée et l’expérimentation en Génie-Civil).

4 organismes nationaux de recherche

  • CEA (Commissariat à l’Énergie Atomique et aux énergies alternatives)
    Acteur majeur de la recherche, du développement et de l’innovation, le CEA intervient dans quatre domaines : la défense, la sécurité, l’énergie nucléaire et les énergies renouvelables, la recherche technologique pour l’industrie et la recherche fondamentale (sciences de la matière et sciences de la vie) ;
  • CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique)
    Le CNRS est un organisme public de recherche placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Pluridisciplinaire, il couvre l’ensemble des domaines scientifiques : les sciences humaines et sociales, la biologie, la physique nucléaire, la physique des particules, les sciences de l’information, les sciences de l’ingénierie et des systèmes, la physique, les mathématiques, la chimie, les sciences de la Terre et de l’Univers, l’écologie et l’environnement. Exemples de laboratoires : ICB, CSGA,LE2I, FEMTO ST, ThéMA, LERMPS, etc. ;
  • INRA (Institut National de la Recherche Agronomique)
    L’INRA est un centre pluridisciplinaire dont les recherches sont axées sur l’agro-écologie, le goût et l’alimentation. Les territoires sont au cœur des préoccupations de la société et des enjeux de demain ;
  • INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale)
    Seul organisme public de recherche français entièrement dédié à la santé humaine, il assure la coordination stratégique, scientifique et opérationnelle de la recherche biomédicale.

4 établissements de santé

  • CHU Dijon
    Premier établissement de la région pour le traitement du cancer, le CHU Dijon Bourgogne dispose de plateformes techniques de pointe et d’une expertise dans de nombreuses spécialités – digestif, pneumologie, oncohématologie pédiatrique. Il travaille également sur d’autres axes de recherche dont :

    • Le métabolisme lipidique, l’inflammation, le diabète et le risque vasculaire ;
    • L’imagerie fonctionnelle et moléculaire ;
    • La génomique des anomalies du développement ;
    • Les incapacités sensorielles, motrices et cognitives, etc.
  • CHRU Besançon
    Le centre hospitalier régional et universitaire de Besançon axe ses travaux de recherche autour de quatre thématiques :

    • Innovations technologiques ;
    • Biothérapies : immunothérapies des cancers, transplantations et greffes, thérapie cellulaire et génique ;
    • Fédération hospitalo-universitaire INCREASE sur les maladies inflammatoires ;
    • Risques et vulnérabilité : infectieux, neuro-cardiovasculaires, éthique/progrès médical et populations vulnérables, qualité de vie.
  • CGFL (Centre Georges-François Leclerc)
    Le CGFL est le 2e centre en France pour le taux d’inclusion des patients dans une recherche clinique. Dans le domaine de la recherche, le CGFL met l’accent sur les axes suivants :

    • Médecine personnalisée en oncologie médicale ;
    • Imagerie fonctionnelle et moléculaire ;
    • Radiothérapie et radiobiologie ;
    • Recherche épidémiologique et qualité de vie.
  • Établissement Français du Sang Bourgogne-Franche-Comté
    Ingénierie cellulaire, biologie médicale, banque de tissus et de sang placentaire, recherche, enseignement et production de médicaments de thérapie innovante. Labellisé intégrateur industriel du Grand Défi Biomédicaments :

    • Banque de sang placentaire Grand Est ;
    • Biothèque transfusionnelle Grand Est.

Découvrez les formations

Université de Bourgogne-Franche-Comté

  • 11 sites

Sciences Po, campus de Dijon

  • Spécialisation européenne avec un focus sur l’Europe centrale et orientale > 200 étudiants

Écoles d’ingénieurs

  • Institut Agro Dijon (Institut National d’Enseignement Supérieur pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement) > 1 284 étudiants
  • Arts et Métiers > Cluny et Chalon-sur-Saône, 540 étudiants
  • ENSMM (École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques) > Besançon, 780 étudiants
  • ESEO (École Supérieure d’Électronique de l’Ouest) > Dijon
  • ESIREM (École Supérieure d’Ingénieurs en Matériaux et en Informatique/Électronique) > Dijon, 655 étudiants
  • ESTP (École Spéciale des Travaux Publics) > Dijon
  • ISAT (Institut Supérieur de l’Automobile et des Transports) > Nevers, 840 étudiants
  • ISIFC (École d’ingénieurs spécialiste du dispositif médical) > Besançon, 170 étudiants
  • ITII Bourgogne (Institut des Techniques d’Ingénieur de l’Industrie) > Auxerre, 227 apprentis
  • UTBM (Université de Technologie de Belfort Montbéliard) > 2 790 étudiants

Écoles de commerce

  • BSB (Burgundy School of Business) > Dijon, 3 000 étudiants
  • ESTA (École Supérieure des Technologies et des Affaires) > Belfort, 330 étudiants

Autres sites de formation

  • Campus Mecateam (maintenance ferroviaire) > Montceau-les-Mines
  • CESI (Centre des Études Supérieures Industrielles) > Dijon
  • CLA (Centre de Linguistique Appliquée) > Besançon
  • ENAC (École Nationale de l’Aviation Civile) > Saint Yan
  • ENFP (École Nationale des Finances Publiques) > Nevers
  • ENG (École Nationale des Greffes) > Dijon
  • ENIL (École Nationale d’Industrie Laitière) > Besançon Mamirolle, Poligny
  • ENSA (École Nationale Supérieure d’Arts) > Dijon
  • Formation ESPERA Sbarro – UTBM (automobile) > Montbéliard
  • IUVV Institut Jules Guyot (vigne et vin) > Dijon
  • Parcours Mécanismes et Industries du Luxe > Vesoul/Besançon
  • Pôle d’excellence en robotique et vision industrielle > Dijon et Chalon-sur-Saône

2e région française avec le plus de sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO 

Photo Tour de la Citadelle de Besançon

8 sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO

La richesse du patrimoine architectural en Bourgogne-Franche-Comté est exceptionnelle. Elle compte huit sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, aussi variés que la Saline royale d’Arc-et-Senans, la chapelle Notre Dame-du-Haut de Ronchamp (le Corbusier) ou un chef d’œuvre de l’art médiéval magnifiquement restauré par Viollet-le-Duc au XIXe siècle, la basilique de Vézelay, haut perchée sur une butte surnommée « la colline éternelle », la citadelle de Besançon inscrite dans le réseau de fortifications édifiées par Vauban :

Abbaye cistercienne de Fontenay ;
Basilique et colline de Vézelay ;
Citadelle de Besançon (les fortifications de Vauban) ;
Chapelle de Ronchamp (le Corbusier) ;
Climats du vignoble de Bourgogne ;
De la grande Saline de Salins-les-Bains à la Saline royale d’Arc-et-Senans ;
Prieuré de la Charité-sur-Loire (Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France) ;
Lacs de Chalain et de Clairvaux (Sites palafittiques préhistoriques).

Le spectacle vivant

Le spectacle vivant n’est pas en reste, entre les Eurockéennes de Belfort sacré meilleur festival de musiques du monde, lors de la dernière cérémonie des Arthur Awards à Londres, équivalent des Oscars pour les spectacles musicaux, et Chalon dans la rue, bien connu des programmateurs qui viennent y faire leur marché après le festival d’Avignon. 

Photo mosaique et climats

La terre des grands vins 

Les amateurs de belles et bonnes choses ne s’y trompent pas ! Au palmarès des vins les plus onéreux au monde figure en première position le bourguignon, Romanée-Conti. La Bourgogne viticole affiche une notoriété internationale avec ses 33 grands crus classés parmi lesquels : Aloxe-Corton, Chablis, Gevrey-Chambertin, Ladoix-Serrigny, Montrachet, Vosne-Romanée, etc. Le vignoble du Jura s’étend sur environ 2 000 hectares avec quatre AOC géographiques (Arbois, Côtes du Jura, Château Chalon, l’Étoile) et trois AOC produits (Macvin, Marc du Jura, Crémant du Jura). 

Une gastronomie appréciée et récompensée 

50 % des chambres d’hôtels comportent quatre à cinq étoiles et 35 restaurants sont récompensés de la plus haute distinction par le Guide Michelin. Le goût du raffinement et d’une certaine qualité de vie est une tradition en Bourgogne, qui se ressent et se décline comme autant d’expériences inoubliables, qu’une croisière fluviale sur le canal du Nivernais ou une balade sur le canal du Centre qui relie la Bourgogne-Franche-Comté avec la Loire et la Méditerranée.  

  • 35 restaurants étoilés au guide Michelin ;
  • 181 appellations d’origine contrôlée (AOC/AOP/IGP) ;
  • La Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin à Dijon ;
  • 3 Cités des vins : Beaune, Mâcon et Chablis ;
  • 5 « Sites Remarquables du Goût » ;
  • L’OIV à Dijon.

La Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin

La Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin, au centre-ville de Dijon, se déploie autour de 1 750 m2 d’espaces d’exposition donnant les clés pour comprendre le « Repas gastronomique des Français ». Inscrit sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité, c’est aussi un espace de développement économique, commercial et touristique autour de la gastronomie et des vins.